Service d’information, de documentation et de formation sur l’asile
 
A PROPOS D’ESPOIR D’ASILE DOSSIERS THÉMATIQUES Le parcours géographique du demandeur d'asile
ABC DU DROIT D'ASILE ASILE EN LIENS APPEL À TÉMOINS
ASILE EN LIVRES
Bangladesh
 

 
Données générales
 
Superficie : 147 000 km2
 
Capitale :    Dacca
 
Population : 169 millions
 
Espérance de vie : 62,6 ans
 
Taux d’alphabétisation : 40,6 %
 
Religions : Musulmans sunnites (88,3 % le Bangladesh est le 4ème pays Musulman du monde) hindouistes (10,5 %) chrétiens et bouddhistes.
 
Langue officielle : bengalis (ou bangla)

Autres langues pratiquées : l’ourdou, le sylhetti, l’hindi et l'anglais.

Economie : agriculture (18,6 %), industrie (28,5 %) et services (53 %)

PIB :  115, 6 Mds USD

PiB moyen par habitant : 2070 USD
 
Régime politique : démocratie parlementaire (ayant pour religion d’état l’ Islam)
 
Chef de l’Etat : M. Abdul Hamid
 
Chef du Gouvernement : Mme Sheikh Hasina Wajed
 
  
Pourquoi demandent-ils asile ?
 
La Ligue Awami (AL) de Sheikh Asina Wajed alignée sur les partis de gauche et sécularistes a remporté les élections en 2008. Le Bangladesh National Party (BNP), principal parti d’opposition, trouve ses alliés parmi des partis islamistes dont Jamaat-e-Iislami et Islami Okiya jot. Les rivalités de ses deux partis restent vives et ponctuées de manifestations, protestations, violences et même assassinats.
Depuis plusieurs années, la demande bangladaise s'est référée principalement au paysage politique issu des élections de 2008 et à la victoire de la Ligue Awami, l’essentiel des  demandeurs continuant à invoquer leur appartenance et leur militantisme politique au sein du BNP (Bangladesh National Party), principal parti d’opposition.
Déjà dans son rapport de mission au Bangladesh de novembre 2010, l’Ofpra rapportait les propos de dirigeants du BNP qui assuraient que beaucoup de ses membres avaient été emprisonnés et que le gouvernement avait organisé de fausses accusations contre les leaders de ce parti, ainsi que contre des militants de base. Ceux-ci sont le plus souvent condamnés par des juges corrompus à la solde de la Ligue Awami. L’implication des policiers dans les persécutions commises à l’encontre des militants de l’opposition serait constante.
Dans son rapport de décembre 2011 Bangladesh – Country of Origine Information Report), UK Border Agency et celui de Human Rights Watch de janvier 2011, relèvent également que l’armée et la police commettent souvent des actes de torture, des traitements inhumains et dégradants et même des meurtres envers les détenus des prisons bangladaises, notamment envers des membres de l’opposition, et ce, en toute impunité. On relève également des cas de persécutions de minorités religieuses bangladaises, ahmadistes, chrétiennes, bouddhistes et hindoues commises par des fondamentalistes musulmans.

Lors des élections de janvier 2014, la Ligue Awami, au pouvoir, et ses alliés, qui se présentaient sans adversaire dans 153 circonscriptions sur 300, l'ont emporté sans surprise.

La demande bangladaise avait connu, en 2013, une très forte augmentation (+ 192,4 %), en lien notamment avec la sortie du pays de la liste des pays d'origine sûrs en mars 2013, mais sur le fond les problématiques ne varient pas. Elles reflètent l'évolution de la situation politique, tout particulièrement au cours du dernier trimestre 2013 en vue des élections parlementaires du 5 janvier 2014. La campagne  électorale a été la plus meutrière de l'histoire du pays avec des grèves et des manifestations se soldant par 150 morts depuis octobre 2013. Le pays a vécu en 2013 son année la plus meutrière avec 300 à 500 morts. L'année 2013 a donc de nouveau traduit une nette recrudescence des demandes évoquant des violences commises contre les membres de l'opposition (BNP et JSD essentiellement) ou les personnes appartenant à des minorités confessionnelles, souvent hindoues. En 2014, les problématqiues invoquée tradictionnellement n'ont pas varié mais reflètent cependant l'évolution de la situation politique dans le pays, tout particulièrement en raison des troubles survenus avant et après la tenue des élections parlementaire de janvier 2014. Elle traduisaient une nette recrudescence des demandes évoquant des violences commises contre les membres de l'opposition du BNP principalement ou des personnes appartenant à des minorité confessionnelles, surtout hindoues.

Situation de l'asile en 2016

La primo-demande bangladaise, en baisse de 26 % en 2016 (2 276 premières demandes introduites contre 3 071 en 2015), n’a guère évolué dans les problématiques exposées par les demandeurs.

La référence à des activités militantes dans l’opposition ainsi que l’appartenance à une minorité confessionnelle, surtout hindoue, sont le plus souvent alléguées. À ces deux motifs se greffent régulièrement des questions de conflits fonciers ou d’amours contrariées. À noter toutefois l'augmentation des profils sociétaux tels que journalistes ou bloggeurs, ou militants syndicaux ou des demandes fondées sur l'orientation sexuelle. 

Seuls 7,1 % de ressortissants de ce pays ont été admis à la protection en 2016.

Mise à jour 25/07/2017
 
Commenter cet article
sur le forum
ASILE FORUM
flux rss
Abonnez-vous au flux RSS et suivez l'actualité d'Espoir d'asile
ASILE EN 10 QUESTIONS
AUTO-FORMATION