Service d’information, de documentation et de formation sur l’asile
 
A PROPOS D’ESPOIR D’ASILE DOSSIERS THÉMATIQUES Le parcours géographique du demandeur d'asile
ABC DU DROIT D'ASILE ASILE EN LIENS APPEL À TÉMOINS
ASILE EN LIVRES

1,01 million. C’est le nombre de demandeurs d’asile qui pourraient se presser aux portes de l’Europe en 2100, si la hausse des émissions de gaz à effet de serre continue de croître à son rythme actuel. En plein débat sur la crise migratoire, la conclusion de cette étude commandée par la Commission européenne et publiée dans la revue américaine Science jeudi 21 décembre devrait en interpeller plus d’un.

Anouch Missirian et Wolfram Schlenker, de l’université de Columbia à New York, ont choisi de fonder leurs travaux uniquement sur une accumulation de données des années 2000-2014, soit avant le début du conflit syrien et la crise migratoire actuelle, et de laisser de côté les données géopolitiques. Sur cette période, l’UE a réceptionné environ 351 000 dossiers chaque année. Pour les besoins de l’étude, les deux chercheurs ont comparé les demandes d’asile déposées dans l’Union européenne provenant de 103 pays, en les croisant avec les variations de température de ces territoires. Ils ont ainsi constaté que plus la température s’éloigne des 20 degrés Celsius (la température idéale pour les cultures de base autour du globe), plus le nombre d’émigrés s’accroît.

Selon leurs projections les plus favorables, une hausse moyenne de 1,8 degré Celsius provoquerait une augmentation de 28% des demandes d’asile dans l’Union européenne. Or, au rythme de l’augmentation actuelle du mercure, la planète pourrait gagner entre 2,6 et 4,8 degrés d’ici à 2100. Les demandes annuelles pour l’Union européenne exploseraient alors, approchant les 188%, c’est-à-dire 660 000 de plus que sur la période 2000-2014.

Source : Marianne

Commenter cet article
sur le forum
ASILE FORUM
flux rss
Abonnez-vous au flux RSS et suivez l'actualité d'Espoir d'asile
ASILE EN 10 QUESTIONS
AUTO-FORMATION